Hello les ami.e.s !

Vous écoutez Boom ! le podcast qui vous propose des alternatives nuancées aux idées véhiculées par la nouvelle injonction au développement personnel. Je suis Nedia FIOLLE-NOURI, entrepreneure depuis 2016 et sophrologue, j’accompagne les femmes à trouver les ressources qui les aident, chaque jour, à se sentir apaisées avec plus flexibilité.

Positiver, à tout prix ?

Aujourd’hui, nous parlons la positivité toxique ! Vous les connaissez, ces platitudes, sur les réseaux sociaux, dans la vraie vie, dans les messages publicitaires :

Positive Vibes, only !

C’est que du bonheur !

Bien manger, c’est le début du bonheur ! (ce fromage qui ne sent pas le fromage mais qui nous promet le bonheur)

#ChoisisLeBonheur en buvant une boisson qui contient l’équivalent 18 morceaux sucres par verre

Vous l’avez compris, ces messages nous bombardent au quotidien et nous invitent à-po-si-ti-ver ! A un point où vous vous demandez si quelque chose ne tourne pas rond chez vous!

Evidemment, nous sommes tellement imprégné.e.s ces messages, consciemment ou inconsciemment. Notre discours intérieur et celui envers les autres prend le même chemin. Vous traversez une épreuve difficile, et il y a toujours une âme charitable pour vous rappeler que “ça aurait pu être pire” ou “vous estimer heureus.e” d’avoir échappé à pire.

Tout d’abord, je tiens à préciser : je n’ai rien contre la positivité lorsqu’elle nous ancre dans notre réalité avec bienveillance envers nous-mêmes. Au contraire, c’est un outil puissant pour cultiver la joie, la gratitude, l’optimisme et traverser le flot la vie avec gaieté.

Mais entre les médias qui nous inondent d’informations bien formatées négativement et cette injonction à positiver à tout prix, il existe sûrement une version plus nuancée qu’on pourrait appeler la positivité “holistique”.

je n'ai rien contre la positivité lorsqu'elle nous ancre dans notre réalité avec bienveillance envers nous-mêmes. Au contraire, c'est un outil puissant pour cultiver la joie, la gratitude, l'optimisme et traverser le flot la vie avec gaieté.

Reconnaître la positivité toxique

Lorsque vous vous forcez à positiver, la positivité devient toxique. Ce sont toutes ces fois où vous vous entendez dire : “je dois rester positif.ve” ! Elle est aussi toxique, lorsqu’elle invalivos émotions ou celles des autres. Un exemple parlant : un enfant qui tombe en jouant et qui se met à pleurer. Lui dire : ce n’est rien ! est un cas concret positivité toxique. Effectivement, quand vous regardez avec recul la situation, ce n’est qu’une petite chute. Mais, du point vue la personne qui vit cette situation, ce n’est pas rien. La positivité est toxique lorsqu’elle vous place dans un déni votre réalité. Vous savez, ces fois où pour fuir votre anxiété ou votre frustration, vous vous forcez à montrer que tout va bien.

Chaque épreuve la vie, aussi douloureuse soit-elle, est toujours équilibrée par des moments plus positifs. Il n’y a pas joie sans tristesse. Il n’y a pas fierté sans honte. Cacher votre honte est une honte en soi. Dénier votre échec est un échec en soi.

Quand vous voulez, à tout prix, éviter le négatif, en somme, toutes ces expériences désagréables, il revient au galop et vous cause la souffrance. Au contraire, si vous acceptez la richesse votre vie et vos émotions, au lieu vouloir voire uniquement la vie en rose, vous accédez à plus sérénité et flexibilité.

Comme à chaque épisode, voici votre take-away du jour : pour vous protéger la positivité toxique, vous avez besoin vous ancrer objectivement dans votre réalité, c’est à dire voir votre réalité au plus près ce qu’elle est, en reconnaissant vos propres besoins et vos propres limites.

Pour conclure, rappelez-vous que ce n’est pas parce que vous appliquez les bonnes méthodes que le bonheur vous est dû ! J’ai hâte vous parler vendredi prochain sur votre application podcast préférée.

Pour vous assurer ne rater aucun épisode, abonnez-vous au podcast sur la plateforme votre choix. Et recevez une notification à chaque fois que je mets en ligne un épisode.

author-sign